BIOLTROP

Vous êtes ici : Accueil » Techniques biochimiques

>>Bandelettes urinaires : utilisation

20 février 2013
Auteur(s) : 

Niveau de mise à jour : 4

Nous poser une question


GIF

Mise sous Spip : 01/02/13. Y. Gille.

Généralités :

Les bandelettes urinaires permettent une analyse simple, rapide et économique de différents paramètres urinaires. Il existe des bandelettes à 1 ou 2 paramètres (généralement pour rechercher la protéinurie et la glycosurie), mais aussi des bandelettes à 5, 7 et même 10 paramètres :

- glucose,
- protéines,
- acétone,
- bilirubine,
- urobilinogène,
- nitrites,
- pH,
- densité,
- leucocytes,
- sang.

Il est à noter que bon nombre de ces analyses peuvent être réalisées de manière traditionnelle et souvent pour un coût bien inférieur au prix d’une bandelette 10 paramètres.

Les bandelettes sont toujours conservées dans leur emballage bien bouché, dans un endroit sec et frais. Il ne faut pas les mettre au réfrigérateur ni au soleil. L’endroit idéal est un tiroir à l’ombre.

Utilisation de la bandelette :

Réaliser tout d’abord un prélèvement d’urine correct. De préférence à mi-jet.

Il est obligatoire d’utiliser un récipient propre, bien rincé à l’eau claire, sec et ne contenant aucun antiseptique ni désinfectant ni conservateur.

L’urine sera recueillie en milieu de jet voir Prélèvement d’urines et l’analyse par bandelette sera réalisée immédiatement ou, au pire, moins d’une heure après le recueil. Pour une bonne interprétation des nitrites, on conseille d’utiliser les urines du matin, ou de recueillir une urine plus de 4 heures après la précédente miction.

Mélanger et homogénéiser les urines avec un petit agitateur en verre.
Sortir la bandelette de son étui sans toucher les zones réactives. Refermer l’étui.
Plonger la bandelette et la retirer immédiatement.
Tapoter la tranche de la bandelette contre le récipient, afin d’éliminer l’urine excédentaire.
Attendre le temps préconisé par le fabricant (voir le mode d’emploi. Généralement entre 30 secondes et 2-3 minutes).
Lire en tenant la bandelette près de l’échelle colorimétrique.
Noter les résultats puis jeter la bandelette dans la poubelle à incinérer.

Rappel sur les paramètres :

ParamètreValeurs usuellesFaux négatifsFaux positifsCommentaires
Glucose Absence Diurèse ++ donc densité basse, Bactéries ++, lire pH, Cétonurie ++, Aspirine, vit. C, L-dopa Lavage du récipient avec des oxydants ou des acides. Zyloric Confirmer par un dosage sérique du glucose
Corps cétoniques Absence Bactéries ++ Captopril
Hématies 0.3 mg/l Hb, 10 GR / mm 3 Urines très concentrées (densité haute), Protéinurie ++ Urine non mélangée Menstruations, sondage, leucorrhées. Lavage du récipient avec des oxydants ou des acides
Protéines 0.15 - 0.2 g/l Diurèse ++ (faible densité), Peu d’albumine ou prot. de Bence-Jones Lavage du récipient avec des oxydants ou des acides. Toilette avec des ammoniums ou de la chlorhexidine La méthode à l’amidoschwartz est plus sensible et plus spécifique [1]
Leucocytes 10 GB / mm3 Glycosurie +++, Protéinurie +++, Densité ++, céphalosporines, tétracyclines, conservateurs Leucorrhées, lavage du récipient avec des oxydants ou des acides (formol ++) A interpréter simultanément avec nitrurie
Nitrites Absence Diurèse ++ (faible densité), pas de nitrates alimentaires, Germe nitrate négatif : strepto, gono et BK, Vit. C Germes du méat urinaire si prélèvement en début de jet. Urine vieillie. Dérivés nitrés
Bilirubine 2 - 4 mg/l Urine laissée à la lumière, Vit. C, chlorhexidine dans le récipient. Rifampicine A interpréter simultanément avec urobilinogène
Urobilinogène 1.6 - 16 µmol/l Urine laissée à la lumière, conservateurs
pH pH 5 - 9 [2] Conservateurs acides Urine vieillie et donc basique (bactéries ++)
Densité urinaire 1005 - 1030 unité DU pH > 6.5 Aide à l’interprétation de : GB, GR, Glucose, prot., nit.

Quelques cas pratiques :

Dans tous les cas, l’analyse doit être validée au moins par la mesure de la densité urinaire (voir aussi Réfractomètre) à laquelle on peut avantageusement ajouter le pH.

- Surveillance d’une grossesse :
Recherche d’une infection urinaire : GB, GR, nitrites
Recherche d’une protéinurie
Recherche d’une glycosurie

- Surveillance d’un diabétique :
Glycosurie, cétonurie
Recherche d’une infection urinaire : GB, GR, nitrites
Recherche d’une protéinurie

- Suspicion d’infection urinaire :
GB, GR, Nitrite et protéines normaux oriente vers un arbre urinaire intact. (nitrite, GB et GR sont normaux tous les 3 dans seulement 2% des infections urinaires).
GB, GR, Nitrite et protéines augmentés oriente vers une infection urinaire.

- Suspicion de colique néphrétique :
On observe une hématurie microscopique dans 94% des cas. En cas d’absence d’hématies, on peut donc pratiquement écarter cette présomption.

- Suspicion d’insuffisance rénale :
Il est rare d’observer une insuffisance rénale si les paramètres GB, GR et protéine sont négatifs simultanément. De plus, en cas de densité urinaire supérieure à 1.025, la probabilité qu’il existe une insuffisance rénale sévère est faible.
Ceci peut-être très utile avant la prescription de médicaments néphrotoxiques comme les aminosides.

Référence :

http://e-learning.studmed.unibe.ch/UroSurf_FR/theory/chemanal.html?urosurf|theory|chemanal
http://devsante.org/base-documentaire/examens-complementaires/examen-des-urines-par-bandelettes-reactives-0


notes

[1Si pH > 7,9 la coloration est augmentée : considérer que traces = négatif ; Si densité < 1011 la coloration est un peu diminuée : tenir compte des traces.

[2Le pH urinaire est physiologiquement très variable entre 4,8 et 7 puisque le rein a justement pour fonction de corriger le pH interne variable selon de multiples paramètre, en particulier les aliments.

Document(s) lié(s) à ce document

[35 ko]

 En Haut |  Bioltrop © BIOLTROP | http://www.bioltrop.fr |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna