BIOLTROP

Vous êtes ici : Accueil » Techniques bactériologiques

>>Etalement de crachat

5 novembre 2009
Auteur(s) : 

Niveau de mise à jour : 4

Nous poser une question


GIF

.
Mise sous Spip : 06/01/2011.

Les crachats devant être considérés comme hautement contaminants et tous pouvant être tuberculeux, il est conseillé de se fabriquer un petit écran de protection derrière lequel on pourra se protéger.
Il est obligatoire de porter masque et lunettes.

Attention : Le matériel biologique manipulé étant hautement contaminable : évitez tout courant d’air jusqu’au séchage complet des lames. Il est conseillé de manipuler le soir avant de fermer le laboratoire et de laisser sécher la nuit quand le labo est vide.

Il est impératif de connaitre tout d’abord les fiches consacrées aux prélèvements de crachat / expectoration.

S’il y a possibilité d’effectuer une mise en culture elle sera toujours effectuée avant toute autre manipulation de l’échantillon.

Principe :

Confection d’un frottis mince des zones les plus significatives d’un crachat, en vue du diagnostic de la tuberculose pulmonaire (BK).
On peut aussi réaliser des étalements de crachat pour rechercher des champignons filamenteux (Aspergillus), une pneumocystoses (Pneumocystis) ou pour confirmer une pneumonie bactérienne.

Matériel :

Lames neuves et propres, flambées elles aussi juste avant l’étalement, pipette Pasteur coupée courte (vers le bas de la partie évasée), poire à aspiration, masque de protection, lunettes, gants si lésions des mains.

Éviter au maximum l’utilisation d’une öse : il y a formation d’aérosols, extrêmement dangereux, de bactéries vivantes à chaque passage dans la flamme lorsque l’öse n’est pas chauffée suivant une technique soigneuse et lente à exécuter, c’est à dire progressivement, en commençant 5-8 cm avant l’extrémité et en laissant sécher avant de flamber franchement.

Mode opératoire :

Le choix de la parcelle à étaler a une importance capitale : on prélèvera de préférence le pus ou à défaut le mucus.

Lorsque l’on n’a pas l’habitude, on peut s’aider en mettant le crachat dans une boite à crachats, translucide ou transparente, et la poser sur un fond noirsur un fond noir. Y ajouter un peu d’eau stérile puis remuer : les petites particules de pus se séparent et se voient plus facilement.

Prélever une ou plusieurs particules de pus avec la pipette Pasteur coupée courte et une poire d’aspiration puis les déposer sur la lame par de petits mouvements de va et vient afin d’étaler le crachat sur les 2/3 de la lame.

Pour la recherche de BK, le frottis ne doit pas être trop épais, il serait illisible ; il ne doit pas être trop fin, ce qui diminuerait les chance de trouver les bacilles.

Il ne faut pas procéder par écrasement standard violent, c’est à dire superposer deux lames et les serrer brusquement l’une contre l’autre, ce qui a tendance à projeter des gouttelettes de crachats dans la pièce.
Cependant on peut uniformiser l’épaisseur de l’étalement avec une deuxième lame mais sans trop appuyer pour éviter les projections.

Les lames sont ensuite soigneusement séchées à l’air libre pendant au moins 1 ou 2 heures, protégées des insectes par une petite cage en moustiquaire (si possible métallique pour être stérilisable : chinois de cuisine). Il est bon de pouvoir les chauffer un peu pour assurer le séchage (60-70°), par exemple en les mettant sur une plaque noire, au soleil.
Si le frottis n’est pas parfaitement sec, il se décollera à la coloration. Il peut sembler sec en surface et pourtant ne pas l’être au niveau de la lame. Si vos frottis se décollent, laissez les sécher 24 ou 36 heures de plus.

On peut ensuite colorer les lames d’étalement, refroidies, par la technique de Ziehl ou de Gram, selon la recherche effectuée.

Qualité

Il faut conserver les lames pour recherche de BK jusqu’aux prélèvements suivants, pour pouvoir comparer.
Les lames pour d’autres recherches seront conservées au moins une semaine après le rendu du résultat.

Sécurité

Attention : Une lame comportant des BK peut rester contagieuse après séchage et même après coloration ! Il faut donc tout d’abord les désinfecter avec de la Javel avant de les incinérer.

Aucune lame suspecte d’avoir porté des mycobactéries ne doit être réutilisée.


Document(s) lié(s) à ce document

[20 ko]

 En Haut |  Bioltrop © BIOLTROP | http://www.bioltrop.fr |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna