BIOLTROP

Vous êtes ici : Accueil » Protozoaires

>>Diagnostic d’une AMIBIASE

4 novembre 2009
Auteur(s) : 

Niveau de mise à jour : 2

Nous poser une question


GIF

Mise sous Spip : 18/03/10. Y. Gille.

Épidémiologie : amibe pathogène du tube digestif
- Contamination : eau et aliments (crudités) souillés par les kystes
- Cycle :

  • Non pathogène (infestation) : présence intra-luminale de formes végétatives minuta et de kystes
  • Pathogène (maladie) : pénétration de la forme histolytica dans la muqueuse colique avec essaimage viscéral possible.

- Répartition : le plus souvent dans les régions chaudes et humides avec un bas niveau d’hygiène (péril fécal).
- Prophylaxie : désinfection de l’eau de boisson, de l’eau de lavage des aliments. Construction de latrines.

Signes cliniques :
- Amibiase intestinale aiguë :
syndrome dysentérique sans fièvre avec selles liquides afécales, glaires sanglantes accompagnées de ténesmes et d’épreintes. Sans traitement, évolution vers une colite post-amibienne et/ou un essaimage viscéral.
- Amibiase tissulaire :
le plus souvent hépatique (plus rarement pulmonaire ou encore cérébrale). Signes variables, de l’hépatite diffuse à l’abcès hépatique. Altération de l’état général, fièvre, hépatomégalie douloureuse, parfois syndrome pleuropulmonaire de la base droite.

Prélèvement :
Pratiquer un prélèvement de selles, l’analyser juste après l’émission.

Kyste d'amibe à 1 et 2 noyaux {JPEG}
Kyste d’amibe à 1 et 2 noyaux

Kyste d’amibe à 1 et 2 noyaux, Lugol

Traitement du prélèvement :
Pratiquer un examen direct avant et après concentration par la technique de Ritchie.

Examen direct :
On recherche les formes kystiques et les formes végétatives. On peut colorer au Lugol pour observer les kystes (formes végétatives tuées).
La forme végétative histolytica signe l’amibiase aiguë, la forme minuta le porteur sain, ancien amibien non ou mal traité.

JPEG

Kyste d’amibe à 4 noyaux, Lugol

Après concentration par Ritchie, on n’observe plus que les kystes.

Attention au diagnostic différentiel avec les kystes d’amibes non pathogènes : se reporter au tableau de la différenciation des kystes d’amibes ou encore aux schémas des kystes.

Examens complémentaires :
- Amibiase intestinale : Numération des leucocytes, Formule et VS normales
- Amibiase hépatique : hyperleucocytose à Polynucléaires neutrophiles, VS très augmentée ( jusqu’à 100 à la première heure). Pas d’hyperéosinophilie en l’absence de toute infection intercurrente.

Traitement habituel / évolution / contrôles d’efficacité :
- Amibiase intestinale Métronidazole 40-50 mg/Kg/j chez l’enfant, 2 grammes par jour chez l’adulte. Traitement de 10 jours.
- Amibiase tissulaire : traitement chirurgical essentiellement.
Évolution favorable sous traitement, mais évoluant vers une colite définitive en l’absence de traitement. En cas de signes cliniques évocateurs, mais de parasitologie des selles négative, il est conseillé de répéter l’examen à quelques jours de distance.
Un contrôle d’efficacité peut être réalisé à la fin du traitement en cas de réapparition des symptômes.

DIFFERENCIATION DES KYSTES D’AMIBES

Nom Entam. coli E. histolytica E. hartmanni Ps. butschlii End. nanus
Taille microns 15-30 12-14 6-10 8-15 7-12
Nbre noyaux 8 (16-32) 4 4 1 1-4
Réfringence +++ + + +++ +/-
Cristalloïdes aiguilles saucisses saucisses 0 0
Vacuoles 0 0 0 grande 0
Formes Sphérique - ovale sphérique sphérique variable Arrondi - ovalaire
Déformabilité possible rare rare 0 0

 
FORMES VÉGÉTATIVES D’AMIBES

GIF
GIF
GIF
GIF
GIF
JPEG
GIF
GIF
GIF
GIF

 
Forme minuta

 
 
 
Forme histolytica

 
 
Endolimax nanus

 
 
Entamoeba coli

 
 
Entamoeba hartmanii

 
 
 

Pseudolimax butschlii

Entamoeba histolytica, culture, X100 on notera les hématies phagocytés
KYSTES D’AMIBES
 

Entamoeba histolytica

Entamoeba coli

Entamoeba hartmanii

Pseudolimax butschlii

Endolimax nanus


 En Haut |  Bioltrop © BIOLTROP | http://www.bioltrop.fr |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna