BIOLTROP

Vous êtes ici : Accueil » Champignons et levures

>>MYCOSES ou affections cutanées rares

4 novembre 2009
Auteur(s) : 

Niveau de mise à jour : 3

Nous poser une question


GIF

Mise sous Spip : 04/11/09. Y. Gille.

CHROMOMYCOSE ou CHROMOBLASTOMYCOSE :

Mycose cutanée, à prédominance tropicale, responsable de dermatite verruqueuse chronique. Le champignon existe dans les squames, le tissu cutané et le pus.
La chromoblastomycose est présente dans les régions arides du sud de Madagascar ainsi que dans la forêt tropicale humide des côtes nord et est. On la retrouve aussi en Afrique centrale.

Clinique :

JPEG

La chromoblastomycose est une infection de la peau et des tissus sous-cutanées, provoquée par divers champignons pathogènes présents dans certains espèces végétales. Au niveau du site de piqûre et de traumatisme infecté par le champignon se développent des excroissances verruqueuses et des ulcères qui s’étendent ensuite peu à peu à des zones saines du corps. La maladie continue à évoluer au fil du temps et peut aboutir à une mutilation des membres atteints et à des handicaps débilitants permanents.

Prélèvement :

Prélever les squames, les croûtes, le pus ou réaliser une biopsie de peau. Écraser squames et pus sur une lame ou réaliser des appositions de la biopsie.

Examen direct :

JPEG - 21.7 ko

Après éclaircissement par la potasse à 10 % et éventuellement coloration par un bleu, on voit des filaments mycéliens septés de diamètre 2-5 µm. On peut aussi mettre en évidence des cellules fumagoïdes brunes caractéristiques, muriformes, de 5 à 12 µm de diamètre.
Les champignons incriminés appartiennent majoritairement aux genres Phialophora, Cladosporium, Rhinociadiella et Fonsecaea.

Traitement :

- Excision chirurgicale
- Médicamenteux : terbinafine et itraconazole (non disponible en générique), environ 80% de guérison.

COCCIDIOODOMYCOSE :

Mycose profonde, due à Coccidioides immitis, transmise par inhalation de poussières du sol, endémique dans les régions désertiques du continent américain. Il existe une forme primaire pulmonaire bénigne et des formes viscérales généralisées graves, spécialement chez l’immunodéprimé. Coccidioides immitis est retrouvé essentiellement en Amérique.

Diagnostic biologique :

JPEG - 16.8 ko

Examen mycologique de crachats ou de biopsie : présence de sphérules à l’examen direct.
Les sphérules sont à paroi épaisse et ont un diamètre de 30 à 60 µm. A l’intérieur, on aperçoit des endospores de 2 à 5 µm de diamètre, caractéristique de Coccidioides immitis. Les endospores sont libérées lors de la rupture de la membrane, mais ont tendance à rester agglomérés les uns aux autres.
On peut alors confondre ces endospores avec des levures de Blastomyces dermatidis.

Traitement :

Sans traitement, le pronostic est sombre. On utilise l’amphotéricine B en perfusion.

SPOROTRICHOSE :

Mycose chronique de la peau et des tissus sous-cutanés, suivant le trajet des lymphatiques sous-cutanés ; bénigne le plus souvent, on l’observe surtout en Amérique centrale et méridionale et en Afrique du Sud.
- Examen histopathologique d’une biopsie : présence de granulomes à cellules géantes centrés par des levures bourgeonnantes en " navette " ou de " corps astéroïdes ".
- Examen mycologique d’une biopsie : identification de Sporothrix schenckii.
- Intradermoréaction à la sporotrichine : assez spécifique, elle est en fait surtout utile dans les enquêtes épidémiologiques.

BLASTOMYCOSE

JPEG - 15.3 ko

 En Haut |  Bioltrop © BIOLTROP | http://www.bioltrop.fr |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna