BIOLTROP

Vous êtes ici : Accueil » Champignons et levures

>>Diagnostic d’une DERMATOPHYTOSES

4 novembre 2009
Auteur(s) : 

Niveau de mise à jour : 3

Nous poser une question


GIF

Mise sous Spip : 04/11/09. Y. Gille.

DERMATOPHYTOSES

Mycoses superficielles dues à des champignons filamenteux à mycélium cloisonné à tropisme pour la peau, les poils, les cheveux et les ongles.
Leur diagnostic est surtout clinique, le laboratoire peut être utile en cas :
- de lésions atypiques surtout par surinfections bactériennes
- de résistance à un traitement initial
- d’enquêtes épidémiologiques
Les espèces en causes sont principalement : Epidermophyton, Microsporum et Trichophyton

Clinique :

Teignes : atteintes du cuir chevelu, de quatre types :
- tondante sèche à grandes plaques : microsporiques, Wood +
- tondante sèche à petites plaques : trichophytiques, Wood -
- inflammatoires : surinfection : kérions (cheveux) et sycosis (barbe et poils)
- faviques : tondante définitive, Wood +
Atteintes de la peau (épidermophytoses) et des plis (intertrigos)
Onyxis : atteinte des ongles sans atteinte du bourrelet péri-unguéal.

Prélèvement :

Pratiquer un prélèvement à visée mycologique

Examen direct :

Pratiquer une recherche d’éléments mycéliens, éclaircir le milieu à la potasse aqueuse à 20 % ou au bleu de lactophénol.
Ongles et squames : présence constante de filaments mycéliens cloisonnés et ramifiés.
Cheveux et poils : on distingue 5 types de parasitisme :
- MICROSPORIQUE : M. canis, audouini et langeroni.
Les cheveux sont cassés à quelque millimètres du cuir chevelu,
peu de filaments intrapilaires,
gaine de petites spores péripilaires de 2 µm
- TRICHOPHYTIQUE ou endothrix pur : T. violaceum et soudanense.
Les cheveux sont cassés au niveau du cuir chevelu, englués dans les squames,
beaucoup de filaments intrapilaires, se transformant en chaînes de spores de 4 µm.
- FAVIQUE : T. schoenleinii : cheveux non cassés, filaments intrapilaires (dégagement de gaz sous l’effet de la potasse),
godet favique caractéristique entourant les cheveux à leur émergence
- MICROÏDE : T. mentagrophytes : cheveux expulsés par la réaction inflammatoire,
peu de filaments intrapilaires,
chaînettes de spores de 2 µm à l’extérieur du cheveu.
- MEGASPORE : T. ochraceum : cheveux cassés puis expulsés par l’inflammation,
peu de filaments intrapilaires, spores de 4-5 µm à l’extérieur du cheveu.

JPEG - 25 ko

Les différents parasitismes, de gauche à droite : microsporique, mégaspore, microïde, trichophytique et favique (bulles de gaz sous l’action de la potasse)

Culture :

On peut cultiver les dermatophytes sur un milieu au malt additionné d’actidione pour inhiber les Aspergillus. Il existe de très nombreuses espèces, différenciées par leur type de parasitisme, le présence de microconidies et/ou de macroconidies, leur nombre, leur forme, le diamètre des filaments ...
La détermination de l’espèce peut être intéressante pour une étude épidémiologique, pour différencier une rechute d’une nouvelle infection, ou pour un diagnostic de certitude. Cependant, l’examen direct est suffisant pour affirmer le diagnostic de dermatophytose. Le traitement est ensuite identique quel que soit le champignon.
On retrouve :
- E. floccosum
- M. audouini
- M. langeroni
- M. ferrugineum
- M. canis
- M. gypseum
- T. violaceum
- T. rosaceum
- T. soudanense
- T. rubrum
- T. mentagrophytes
- T. interdigitale
- T. ochraceum
- T. schoenleinii

Traitement :

Il repose sur la prise de griséofulvine par voie orale pendant 1 mois : 15 mg/Kg/j chez l’enfant, 0.5 -1g/j chez l’adulte, en deux prises, pendant les repas ou avec des aliments gras (lait entre autre). Attention, la griséofulvine est inducteur enzymatique (contraception, barbituriques ...) et est contre-indiquée chez la femme enceinte.
En cas de traitement > 1 mois, on peut surveiller l’hémogramme et les fonctions hépatiques.


 En Haut |  Bioltrop © BIOLTROP | http://www.bioltrop.fr |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna