BIOLTROP

Vous êtes ici : Accueil » Champignons et levures

>>Diagnostic d’une HISTOPLASMOSE

4 novembre 2009
Auteur(s) : 

Niveau de mise à jour : 3

Nous poser une question


GIF

Mise sous Spip : 04/11/09. Y. Gille.

DIAGNOSTIC D’UNE HISTOPLASMOSE

Les histoplasmoses étaient des pathologies très rares mais sont en pleine recrudescence actuellement, la majorité des cas étant liés au SIDA, le plus souvent par réactivation d’une infection ancienne (jusqu’à 15 ans avant !).

Il existe deux variété d’Histoplasma capsulatum :
- une dite "américaine" (capsulatum capsulatum), pulmonaire et disséminée.
- une dite "africaine" (capsulatum duboisii), cutanée, ganglionnaire et osseuse.
En culture, leurs filaments sont identiques avec de grosses spores échinulées, par contre, la forme levure est différente par la taille, la forme africaine est plus grande que la forme américaine.

Clinique :

Histoplasmose pulmonaire, essentiellement américaine (aussi en Afrique du Sud et au Moyen-Orient)
- Aspect clinique variable, souvent atypique
- Pneumopathie fébrile résistante aux antibiotiques avec des retentissements cutanéo-muqueux possibles.
- On peut aussi rencontrer une forme disséminée septicémique avec altération de l’état général.

Histoplasmose cutanéo-ganglionnaire, uniquement africaine :

JPEG - 16.9 ko

- Adénopathies fermes, indolores, évoluant sur des mois, augmentant de volume puis deviennent inflammatoires avant de fistuliser à la peau, libérant un pus ganglionnaire.
- On peut observer des complications ostéo-articulaire, mais très rarement une forme disséminée.
- Maladie évoluant sur des années.

Prélèvement :

JPEG - 14.8 ko

Pratiquer un prélèvement d’expectorations induites ou de crachat (forme pulmonaire) ou pratiquer un prélèvement de ganglion ou recueillir le pus de fistulisation d’un ganglion.
Lors d’une forme disséminée, on peut retrouver H. capsulatum dans le sang circulant.

Examen direct :

JPEG - 13.4 ko

Étaler les prélèvements sur lame. On colore ensuite généralement au Giemsa, mais d’autres colorations sont possibles (Gomori-Grocott, Hématoxyline-éosine ...)
Sur les frottis, on peut voir des levures de 20 µm de diamètre (H. duboisii), ou de 2-4 µm de diamètre (H. capsulatum).

JPEG - 15.9 ko

Traitement :

Amphotéricine B injectable : perfusion IV lente (8-10 heures) dans du sérum glucosé isotonique. Posologie progressive de 0.1 mg/Kg pour arriver à 1 mg/Kg au maximum. Le traitement dure trois mois et les récidives sont fréquentes. A cause des réactions allergiques provoquées par l’amphotéricine B, il est conseillé de débuter le traitement avec des corticoïdes et des antihistaminiques.


 En Haut |  Bioltrop © BIOLTROP | http://www.bioltrop.fr |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna