BIOLTROP

Vous êtes ici : Accueil » Diagnostique d’une INFECTION GENITALE

>>Infections gynécologiques. Généralités.

16 juin 2014
Auteur(s) : 

Niveau de mise à jour : 5

Nous poser une question


GIF

.

[Contacter BiolTrop]

Introduction

Les infections génitales féminines peuvent atteindre les différents organes génitaux :
- vagin,
- utérus,
- trompes et ovaires.

Elles peuvent entrainer des complications péritonéales, parfois dramatiques, soit par l’infection elle même (péri-hépatite (syndrome de Fitz-Hugh-Curtis) par exemple) soit par les complications de l’infection (grossesses extra-utérines (péritonéales, tubaires...) mortelles en l’absence de chirurgie d’urgence).

Les infections vaginales voir Infection vaginale.
Elles se manifestent par un ou plusieurs des signes suivants, associés ou non :
- des leucorrhées,
- des odeurs nauséabondes,
- une inflammation vaginales et vulvaire.

Des leucorrhées peuvent être physiologiques : puberté, congestion prémenstruelle, activité sexuelle, grossesse.
Des inflammations peuvent être non infectieuse : corps étranger, vaginite en réaction à des antiseptiques, cancer ou polypes du col.

Les vaginites, inflammations vaginales, associent habituellement inflammation et leucorrhées et parfois odeurs.
Les vaginoses, non inflammatoires, se limitent aux leucorrhées mais souvent associent des odeurs nauséabondes.

Les infections des annexes Voir Infections des annexes.

Les annexes : utérus, trompes et ovaires, sont comme tout le milieu intérieur, normalement stériles.

Leurs infections sont le plus souvent les complications de maladies vénériennes ou sexuellement transmissibles (IST) et non des infections vaginales.

Elles passent, au début, très souvent inaperçues.

Elles sont essentiellement dues à :
- gonococcies,
- chlamydioses.
Ces deux agents vénériens ne provoquent jamais de vaginite.


 En Haut |  Bioltrop © BIOLTROP | http://www.bioltrop.fr |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna