BIOLTROP

Vous êtes ici : Accueil » Le matériel

>>Réfrigérateur.

24 août 2016
Auteur(s) : 

Niveau de mise à jour : 5

Nous poser une question


GIF

En rappelant qu’il est toujours envisageable de négocier une petite place pour les réactifs de laboratoire sensibles, dans le réfrigérateur du programme de vaccination, il est bien préférable de disposer de son propre réfrigérateur. D’autant que, pour des raisons de rigueur et de sécurité, les "vaccinateurs" ne sont pas très ouverts à cette négociations !

Les produits disponibles sur le marché

Il existe deux grandes familles de réfrigérateurs :
- réfrigérateurs "à compresseur" que nous connaissons tous,
- réfrigérateurs "à absorption", plus rares, mais assez usités pour les camping-cars (car pouvant être alimenté par du butane) et comme réfrigérateurs de bureau (car totalement silencieux).
Nous ne citerons que pour mémoire les réfrigérateurs par effet Peltier, de très mauvais rendement.

Réfrigérateurs à absorption

Pour le fonctionnement voir ici

Avantage :
- il ne nécessite pas d’électricité : généralement il peuvent fonctionner au butane, assez facile à trouver dans les zones les plus reculées,
- son alimentation électrique ne peut être détournée à d’autres fins (recharge des téléphones portables en particulier !).

Inconvénients :
- prix d’achat au litre refroidi plus élevé que pour la compression [1],
- n’existe pas (ou peu ?) en classe énergétique A+ ou A++,
- peu de grands modèles disponibles,
- pas de compartiment congélation où au mieux à -12° C pour température extérieure < 33 ° C,
- consommation de gaz non négligeable : 200 à 400 g par 24 h (données constructeur !) soit, pour 12 kg de butane, une autonomie maximum de 1 à 2 mois.

Réfrigérateur à compression

Pour le fonctionnement voir ici

Avantages :
- très large disponibilité sur le marché, inclue en pays défavorisés (ce qui permet une grosse économie de transport),
- prix d’achat au litre refroidi plus faible que pour l’absorption [2],
- existent en classe A+++ (pour un prix litre de l’ordre de 3 à 4 €/l).

Inconvénients :
- consommation électrique relativement élevée,
- consommation électrique "en pointe" (chaque fois que le moteur se met en route) élevée et pouvant excéder le débit de modestes installations solaires d’où pas de mise en route et disjonction.

Réfrigérateurs spéciaux pour pays tropicaux

Quelques fabricants se sont penchés sur ce problème. Électriciens Sans Frontières nous a indiqué la marque Coldinnov qui propose une solution associant :
- une configuration bahut (porte dessus, comme de nombreux congélateurs) diminuant drastiquement les pertes de froid lors de son ouverture,
- raccordable directement à un panneau photo-voltaïque (évitant donc les dépenses, l’entretient et le renouvellement des batteries et onduleur 220 V),
- accumulateur de froid intégré à l’évaporateur, permettant une autonomie de 3 à 4 jours en l’absence d’ensoleillement suffisant tout en évitant les couteuses et fragiles batteries au plomb.

Cette solution très intéressante malheureusement se paie [3].
Il existe des distributeurs dans certains pays africains.

Gestion et entretient du réfrigérateur

Outre l’entretient de propreté classique de tout appareil électroménager, et le fait de l’ouvrir le moins possible et le plus brièvement possible, quelques précautions permettront une moindre consommation énergétique.

Étanchéité de la porte

Presque tous les réfrigérateurs ferment grâce à un joint de porte magnétique :
- cette fermeture est peu puissante et des produits mal rangés peuvent rouvrir subrepticement la porte après fermeture,
- si la porte se voile l’adhérence magnétique ne suffit pas à la corriger donc vérifier périodiquement que le joint adhère bien sur tout son pourtour (et si besoin, dégauchir la porte),
- avec le temps ce joint peut se fendre dans la longueur (ce qui est peu visible : le rechercher) et le froids s’écouler,

Dégivrage

Si les réfrigérateurs modernes sont pourvus d’un dégivrage automatique, ce ne peut pas être le cas pour la partie congélateur. Le givre est un excellent isolent. Sa présence va donc augmenter considérablement la consommation.

Pour dégivrer efficacement :
- débranchez le réfrigérateur,
- sortez les produits et déposez les rapidement sur une ou plusieurs couverture. Fermez rapidement la couverture ;
- installez en face de la zone à dégivrer, à quelques centimètres, un ventilateur pour qu’il souffle dedans et mettez le en route. Le dégivrage sera complet en 15 à 30 mn ;
- ôtez la glace et l’eau (pelle, éponge), séchez et remettez rapidement les produits dedans,
- rebranchez le réfrigérateur.

La fréquence du dégivrage dépend essentiellement de l’humidité de l’air ambiant et de fréquence et durée de l’ouverture de la porte (ceci pour les appareils habituels, à porte verticale. C’est bien moins important dans ceux de type bahut).

Surveillez la vacuité du tube d’évacuation de l’eau de dégivrage automatique. Il est en bas du fond du réfrigérateur et amène l’eau sur un bac posé sur le compresseur. S’il se bouche de l’eau coule dans le réfrigérateur. Il suffit de passer une baguette ou un bout de fil électrique semi-rigide dans le tube d’évacuation pour régler le problème.

Aération de l’échangeur externe

L’échangeur externe est la sorte de "grille" noire, en fait un long tube, qui se trouve derrière le réfrigérateur. C’est elle qui permet le refroidissement du fluide caloporteur après sa compression. Il est facile de se rendre compte qu’elle peut être très chaude.
Le rendement de réfrigération, donc la consommation, dépend en premier lieu du bon refroidissement de ce long tube. A l’extrême, si elle était enfermée dans une boite étanche le moteur tournerait sans arrêt et plus aucun froid ne serait produit !

Pour qu’elle se refroidisse bien :
- époussetez une fois par mois les poussières qui s’y déposent,
- ne déposez rien sur le réfrigérateur qui pourrait freiner l’ascension de l’air chaud de cet échangeur,
- ne mettez pas trop prêt d’un mur le fond du réfrigérateur : laissez 5 cm d’espace,
- mettez le réfrigérateur dans une pièce assez grande et surtout pas enfermé dans un placard,
- si vous avez la possibilité de diriger un petit ventilateur vers la grille, l’économie en rendement sera très supérieure à la consommation du ventilateur. Idem si vous avez un moyen d’y vaporiser de l’eau.

Accumulateurs de froid

Évoqués ci-dessus dans "Réfrigérateurs spéciaux pour pays tropicaux", on peut en utiliser un succédané : on disposera au fond du réfrigérateur, selon la place disponible, plusieurs bouteilles ou une bombonne d’eau. Cet accumulateur, amortira les réchauffements donc réduira la fréquence de démarrage du moteur (pic de consommation d’énergie) et régulera la température en cas de coupure d’électricité.
On peut, en plus, disposer, si il y a un compartiment congélation, quelques bouteilles d’eau (en plastic et non totalement pleines) ou des sacs conservateurs de froid dans le congélateur et les transférer dans la zone à 4-8° C en cas de coupure d’alimentation.


notes

[1Prix 2016, en classe A, pour des 40 l, de l’ordre du 6 € du litre. Pour des 160 l avec zone à -12°C, de l’ordre de 11 €.

[2Prix 2016, en classe A+, pour des table top comme pour des 200-300 l avec congélateur, de l’ordre du 1 à 2 € du litre.

[3Proposition du 14/04/2016, pour 180 l : 954 € TTC soit 5,3 €/l.
Le module photovoltaïque proposé (Module photovoltaïque 245Wc / 24V - Origine Européenne - Polycristallin 60 cellules) et qui suffit à assurer le fonctionnement coûte 312 € TTC.

 En Haut |  Bioltrop © BIOLTROP | http://www.bioltrop.fr |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna